Pitts-globePitts-loginPitts-premiumPitts-registerPitts-search

Ce n’est qu’un au revoir !

Posté le 06/12/2017, Auteur: PItts/PB


Ceci sera donc mon dernier billet d’humeur. Le dernier dans les colonnes de La Vie Colombophile. La gazette « bleue » , comme vous dites. Et comme je le dis aussi. Je tire ici un trait sur une expérience fabuleuse. Et je fais confiance en la sagacité de Rudi Hendrikx, mon « boss », pour vous confier entre de bonnes mains.

Partager avec vous de véritables informations, recoupées à la source, oser vous dire ce qu’on veut vous cacher, conter les exploits d’amateurs de toutes les régions, vous livrer des humeurs ravageuses mais sincères fut un réel plaisir. Partagé, je l’espère. J’aurais sans doute pu mieux faire, parler de plus d’amateurs encore, car il n’y a pas à mes yeux de « petits » et de « grands » amateurs. Il n’y a que des colombophiles. Et il y autant de colombophilies que de colombophiles ! Une passion fantastique car chacun peut rêver chaque semaine à l’exploit. Quel autre sport permet réellement cela ?

Il y a l’amour des pigeons mais aussi cette formidable galaxie de personnages qu’est la colombophilie. Et nous avons la chance, en Belgique, de rencontrer une constellation d’amateurs éclairés. Impossible de tous les citer. Ne m’en veuillez pas mais je ne peux tirer ma révérence sans évoquer un nom. Une rencontre. La rencontre de ma vie de colombophile. Je veux parler de mon maître. Il est mon maître et mon ami. Henri Van Neste sait le respect immense que je lui porte. Un homme droit, franc, comme je les aime. Pas de faux semblant avec lui. Un tempérament, un caractère, qui, associés à sa connaissance de la nature, de ses pigeons, lui ont permis d’atteindre les sommets. Il y a aujourd’hui des descendants de la colonie Van Neste dans plus de soixante pays. De son colombier de Feluy, il s’est envolé des purs cracks vers les quatre coins de la planète. Merci pour le partage du savoir, les échanges endiablés. Merci pour la confiance. Merci, Henri !

 

Les paroles de Serge Lama traduisent parfaitement ce que je ressens.

« C'est mon ami et c'est mon maître.
C'est mon maître et c'est mon ami. 
Dès que je l'ai vu apparaître, 
J'ai tout de suite su que c'était lui 
Lui qui allait m'apprendre à être 
Ce que modestement je suis. »

Avant de prendre congé de vous, je vais tout de même vous rassurer. Vous n’allez pas vous débarrasser de moi comme cela. N’imaginez pas que je vais vivre en ermite reclus dans une quelconque grotte, que je glisse vers un pôle pour vivre dans un igloo ou encore que je suis condamné à l’exil surveillé sur Sainte-Hélène. Non, on va encore se revoir, se croiser, se dire nos quatre vérités, et il vous faudra encore supporter mes coups de gueule. Je passe le relais pour ce qui est de la plume mais je ne rends pas les armes pour ce qui est des plumes.

Si on ne se croise pas entretemps, je vous souhaite d’ores et déjà d’excellentes fêtes de fin d’année et vous présente mes vœux les plus sincères pour la saison 2018.

Au plaisir (ou pas) !

                                                                                                    Serge Hupez


Vue d'ensemble d' actua

Reageren


Om te reageren dient u aangemeld te zijn.
Retour en haut de page