Pitts-globePitts-loginPitts-premiumPitts-registerPitts-search

Decendre-Charlier : « Viva Barcelone ! »

Posté le 07/07/2017, Auteur: pitts


La 13e place nationale conquise l’an dernier sur Barcelone, avec ce fabuleux doublé à Perpignan (8e), a confirmé, si besoin en était que les pigeons venus tout droit de chez Henri Van Neste étaient taillés, rompus, à filer bon train sur cette difficile ligne de vol.

L’an passé, à une semaine de l’enlogement pour Barcelone, le maître de Feluy avait visité les pigeonniers de Maurice Decendre, à Courcelles. Ecoutant depuis toujours les conseils de son mentor, Maurice avait bien vu la moue d’Henri. « J’ai vu à ses mimiques que quelque chose ne lui convenait pas. Ces pigeons, il les connaît par cœur. Et j’ai aussi appris à connaître Henri. Alors, je lui ai demandé de me dire franchement ce qu’il en pensait. Il m’a alors dit qu’il ne trouvait pas les pigeons suffisamment ronds à quinze jours d’un Barcelone. Il a ajouté que pour un tel concours, ils doivent voler avec une réserve de carburant plus élevée. Il m’a conseillé de changer illico le mélange et de nourrir plus abondamment jusqu’à l’enlogement. Ce que j’ai fait. » Avec le résultat que l’on connaît, comme détaillé en début d’article.

Alors, qu’en est-il un an plus tard ? Henri Van Neste a-t-il assuré sa petite visite à Courcelles ? Maurice Decendre y répond : « Oui ! Evidemment ! Il est venu le dimanche précédant l’enlogement et il était très content de l’état des pigeons destinés à Barcelone. » Le commentaire du maître était : « Cette fois, on ne change rien ! Ils sont très bien comme ça ! »

De la zone de lâcher de Barcelone au colombier de Maurice Decendre, il y a exactement 1019 kilomètres. « C’est ce chiffre qui fait de ce concours la plus grosse épreuve de force du calendrier. Dès que j’ai joué à pigeons, en 2004, c’est pour ce type de concours. S’il y avait plus long, même 1500 kilomètres, je tenterais avec un ou deux pigeons. A un moment, on a évoqué un concours à partir d’Alicante. Cela n’a jamais eu lieu. Dommage, j’aurais bien voulu essayer. Je ne suis pas pour des concours sans limite et complètement dévastateurs car mon plaisir quotidien et ma passion ce sont mes pigeons mais j’aime les challenges. Chacun son plaisir, je ne juge pas les autres, mais moi le mien je le prends sur des épreuves de grand fond. Pour des pigeons comme les miens, 600 kilomètres, c’est trop court. C’est sur la longueur, leur façon de gérer leurs forces qu’ils font la différence. »

Reverra-t-on ce crack qui avait conquis la 13e place nationale l’an dernier ? « Malheureusement, non ! Il a été pris en pleine volée d’entraînement par un rapace. Avec les soins du vétérinaire, on a pu soigner une grande partie de ses blessures, redonner de l’allure à une patte quasiment arrachée et il est toujours en vie mais il reste désormais à l’abri pour la reproduction. L’équipe sera composée de 8 à 10 pigeons, de 3 à 5 ans. Pour les autres marathoniens, ce sera plutôt Marseille l’objectif. » La sélection ne comporte que des mâles puisque Maurice Decendre ne joue pas les femelles. « Impossible car mes installations ne me permettent pas de jouer les femelles », explique-t-il.

Maurice n’est pas du genre à se pousser du col. Modéré, il accepte tout de même de livrer son objectif : « L’espoir, c’est évidemment de faire un top 100. Ce qui reste une performance remarquable avec un contingent aussi important au départ. Certains diront qu’il y a une part de réussite mais elle n’est pas prépondérante. Dans les 150 premier pigeons de ce concours, il n’y a que des costauds. Pas de place pour les demi-pigeons sur cette distance et cette ligne de vol. »

Quant aux conditions météorologiques, sur lesquelles personne n’a de prise, Maurice ne serait pas contre un petit durcissement : « On veut tous éviter des conditions du style orage qui provoque toujours des dégâts. Mais si le concours est un peu plus dur, ce n’est pas pour me déranger. »

Comme pour tous les spécialistes de l’épreuve catalane, le jour J est proche pour Maurice et Annick. Une passion qu’ils partageront sans doute avec des amis, dont Henri Van Neste très probablement, pour fêter le retour des champions.

HUPEZ

 

afbeelding1.jpg | Pitts

Vue d'ensemble d' actua

Reageren


Om te reageren dient u aangemeld te zijn.
Retour en haut de page