Pitts-globePitts-loginPitts-premiumPitts-registerPitts-search

Propos de saison

Posté le 22/02/2018, Auteur: pitts


 Février est un mois particulièrement délicat au niveau des conditions météorologiques et il nous réserve bien souvent de mauvaises surprises. En effet, le gel et la neige sont des invités désagréables. Il faut se montrer prudent avec les premières sorties de la jeune génération et éviter que nos espoirs passent une nuit dehors. Les vieux et yearlings même s’ils sont plus expérimentés, la prudence est également de mise surtout s’il s’agit d’une reprise après un long séjour à l’intérieur ou en volière. IL n’y a pas de secret, comme des athlètes nos pigeons doivent progressivement s’y remettre par des sorties adaptées dans la durée et l’intensité. Il y a peu un de nos chroniqueurs vétérinaire parlait de possibles claquages musculaires comme de véritables athlètes car nos champions sont de vrais sportifs et on ne peut l’oublier. La préparation est de plus en plus pointue en fonction des objectifs à atteindre. On demande toujours plus ;ils doivent accomplir des performances de haut niveau et parcourir des centaines de kilomètres en un temps record. Nous sommes loin de la colombophilie d’antan avec les remèdes de grand-mère même si je reste convaincu qu’ils ont encore une utilité car ils font partie de notre patrimoine et de la sagesse populaire.

 

Fugare

C’est l’évènement incontournable de ce mois de février pour un grand nombre de colombophiles qui s’en sont allés vers Courtrai pour assister à la grande messe du sport colombophile. Avec ses nombreux exposants, ses stands, ses animations et surtout les nombreuses rencontres possibles. Pour beaucoup c’est the place to be. En ce qui me concerne, je ne n’y suis pas allé cette année mais mes visites précédentes m’ont conforté dans mon opinion. C’est sans doute trop commercial à mon goût mais cela fait partie du processus d’évolution de la colombophilie qui elle aussi se « mondialise » s’il on peut utiliser ce terme. De plus en plus, on est assailli de publicités pour des produits miracles qui sont indispensables à la réussite d’une saison colombophile. A en croire les dépliants ; la réussite passe par l’utilisation de poudres et autres flacons magiques. Ne nous leurrons pas,il ne s’agit pas d’une pratique nouvelle car j’ai eu l’occasion de consulter grâce à un de nos abonnés, pratiquant depuis plus de 50 ans, des anciens ouvrages colombophiles des années 55-60 et déjà à l’époque, les remèdes miraculeux étaient déjà légion. Le succès et les premiers prix étaient promis aux utilisateurs. Je trouvais les méthodes amusantes et surtout bien peu scientifique. Enfin, sous un couvert pseudo-scientifique car à l’époque l’amateur était probablement tout aussi crédule qu’à l’heure actuelle. Je pense que les choses n’ont pas beaucoup changé et on est séduit par l’emballage plus que par le contenu. J’ai eu l’occasion de demander à un homme de science de regarder la composition de quelques produits et j’ai été surpris de sa réponse. Certes, l’Union Européenne impose la transparence sur la composition mais les valeurs indiquées sont faibles pour réellement apporter une plus value comme indiqué dans la publicité. Je pense que la plupart des amateurs sont obnubilés par le pseudo pouvoir des ces potions magiques. La lecture des aventures d’Astérix le gaulois a marqué nombre d’entre nous. Je ne suis pas un scientifique et je n’ai pas les compétences pour analyser et donner un avis sur les compositions mais il me semble qu’il faut savoir garder la tête froide dans nos recherches de compléments alimentaires. D’abord de quoi nos pigeons ont-ils réellement besoin ? Des graines de bonnes qualités avec une composition équilibrée et adaptée à la saison encore que certains champions ne jurent que par un mélange mue toute l’année. Je pense également que la composition variée est un atout et que le pigeon prend ce dont il a besoin. J’ai aussi remarqué que les bons pigeons ne s’engraissent pas trop vite surtout avec un bon programme d’entraînement car comme pour tous les sportifs, l’exercice physique est un facteur indispensable. Des produits complémentaires comme le grit ou la pierre rouge pour assurer une bonne digestion sont plus que nécessaires. Un apport de vitamines également mais certaines sont plus essentielles que d’autres et la majorité de l’apport se doit d’être présent dans un bon mélange de graines. A une époque pas tellement lointaine, les granulés étaient à la mode mais n’oublions pas que nos pigeons sont avant tout des granivores comme de nombreux oiseaux. Les médicaments sont importants car nul n’ignore qu’un traitement régulier contre la tricho et autres risques de contaminations dans les paniers est indispensable. Depuis peu, de nombreux vétérinaires proposent des gouttes jaunes avec un effet préventif. J’ai essayé et je dois reconnaitre que cela me semble efficace mais les nombreuses tâches sur mes vêtements me laissent perplexes mais je suis d’un naturel maladroit. Pour le reste rien ne remplace une visite de contrôle chez l’homme de science. Généralement avant le début de saison et après même si personnellement, j’en effectue également durant la saison surtout quelques semaines avant un concours important. La saison est courte et on se doit d’essayer de ne pas passer à côté de ses objectifs. La colombophilie est un sport et le tout est d’amener sa colonie en forme au bon moment même si il existe toujours des impondérables qui peuvent venir tout bouleverser. Par exemple des pertes ou des blessures qui peuvent survenir. Il faut tenir compte de ces facteurs c’est pourquoi notre hobby est de plus en plus précis dans sa gestion.

 

Au jour le jour

Le sevrage se passe bien et les premiers jeunes mettent le nez à la fenêtre avec des petites sorties sans pour autant parler de volées. Le temps froid et sec que l’on connait en ce moment est propice aux sorties matinales. Il faut dire que mon emploi du temps le permet en période de congés scolaires. L’élevage se poursuit et les dernières remises de prix et vente de sociétés occupent mes weekends. Je dois avouer que j’ai hâte de reprendre le collier et même si je crains les frimas du mois de mars et d’avril, il est temps que la saison commence car je sais qu’elle passera très vite. On se souvient du début de saison et arrive très vite le mois de septembre. C’est court mais intense et surtout il ne faut pas se louper et pour reprendre une expression connue «  le Diable se cache dans les détails ». Pour ne rien laisser au hasard, je m’en vais cette après-midi faire ma visite d’avant saison chez le vétérinaire. A première vue, tout me semble en ordre mais j’attends l’avis de l’homme de science. On verra ce qu’il va dire et s’il faut envisager des cures ou autres soins. Je vais donc vous laisser et je vous promets de vous tenir au courant lors de mon prochain propos de saison qui sera plus axé sur la gestion quotidienne de la colonie sauf si l’actualité de la RFCB impose un autre ordre du jour. Je vous souhaite à tous de passer d’agréables moments avec vos pigeons car c’est le plus important.

(JFK)

 


Vue d'ensemble d' actua

Reageren


Om te reageren dient u aangemeld te zijn.
Retour en haut de page